Provence-Alpes-Côte d’Azur est devenue en 2020 la première région Bio de France en termes de SAU, passant de 13 % en 2011 à 29 % en 2020. Dans son article paru le 17 février, le journaliste économique et correspondant régional du magazine LSA Jean-Christophe Barla décrypte le paysage Bio de Provence. 

LSA pointe une transition notable, avec une nouvelle génération d’agriculteurs qui s’engage sur la voie du Bio par choix économique et pas uniquement par conviction idéologique. Le développement de débouchés commerciaux ouvre de nouvelles perspectives d’avenir à toute la filière.
Les clés de cette évolution ? Une demande sociétale et une consommation croissante bien entendu, des industriels qui investissent dans leurs gammes Bio, mais aussi l’organisation de la profession qui se mobilise afin d’accompagner la création ou la dynamisation de nouvelles filières produits.

Pour la mise en marché de produits frais comme pour la transformation, distributeurs et industriels de l’agro-alimentaire soulignent de réelles difficultés d’approvisionnement pour certains fruits et légumes Bio. Il devient donc urgent de développer des solutions collaboratives afin de réguler un équilibre entre l’offre et la demande. Alors finis désormais les clivages entre production, transformation et distribution ? Ce qui est certain, c’est que les rapprochements et les collaborations entre l’amont et l’aval des filières laissent présager la mise en place de circuits de commercialisation durables, justement rémunérateurs pour les producteurs. 

Source : LSA Green n°2639 du 17 février 2021.
https://www.lsa-conso.fr/provence-alpes-cote-d-azur-demultiplie-les-projets,372933